CALL FOR PAPERS: Re-Working Class: Setting A New Agenda for Canadian Labour and Working-Class History

 

[The English version follows]

 

Repenser la classe ouvrière : Tracer une nouvelle voie pour l’histoire du monde du travail et de la class ouvrière au Canada

Colloque parrainé par Labour/le Travail, le Comité canadien sur l'histoire du travail et St. Thomas More College, University of Saskatchewan

Le 12-13 octobre 2018

St. Thomas More College, University of Saskatchewan

 

Ce colloque de deux jours — intitulé Repenser la classe ouvrière / Re-Working Class — vise à réévaluer l’étude et l’enseignement de l’histoire de la classe ouvrière au Canada en vue de définir pour l’avenir une voie positive quant à l’étude et à l’activisme. On y abordera le passé, le présent et l’avenir de la classe ouvrière et son expérience historique, relançant de vieux débats et en soulevant de nouveaux, profilant des orientations inédites, et insufflant un nouvel élan pour les travaux dans ce domaine

Depuis le premier numéro de Labour/Le Travail en 1976, l’histoire de la classe ouvrière a évolué pour devenir un domaine d’étude dynamique, bien que certaines questions aient changé avec le temps. Si, en matière d’étude historique, on se soit éloigné de l’examen des classes sociales, de la mobilisation du monde du travail et des syndicats, nous estimons que l’analyse du monde du travail et des relations entre les classes sociales, parallèlement à d’autres axes du pouvoir que sont la « race », le genre, le colonialisme et la sexualité, reste centrale pour bien comprendre l’histoire, ainsi que les débats actuels sur l’inégalité économique, le capitalisme et la vie des travailleurs. Quelques signes encourageants au sein et en dehors de l’université se font jour, avec des débats renouvelés sur l’histoire de la classe ouvrière, l’économie politique, l’histoire publique, le mouvement ouvrier et la gauche. 

Dans cette perspective, nous acceptons des propositions pour des communications individuelles, des panels, des tables rondes, des débats et des présentations culturelles (discussions de films, spectacles ou d’art visuel), concernant l’étude du monde du travail et l’enseignement de l’histoire de la classe ouvrière dans les établissements pédagogiques et patrimoniaux, les programmes de formation et les initiatives culturelles. Nous acceptons également des propositions traitant de la classe ouvrière au Canada dans un contexte nord-américain et mondial.

Nous disposons de quelques subventions pour les étudiants du troisième cycle et les personnes ayant un emploi précaire.

Voici quelques exemples de thèmes, mais sans y être limités :

  • Quel est le lien entre l’histoire du travail et la colonisation de peuplement?
  • Comment pouvons-nous aborder les complexités historiques des différentes formes de travail : le travail rémunéré; le travail non rémunéré; le travail forcé; et l’engagisme ?
  • Quelles sont les façons dans lesquelles l’histoire globale, comparative et transnationale pourrait nous guider dans nos recherches sur l’histoire ouvrière au Canada et vice versa?
  • Quelles sont les perspectives théoriques qui nous ont aidés ou qui ont porté tort à notre compréhension de l’histoire de la classe ouvrière?
  • Quels sont les époques, les catégories de travailleuses et travailleurs, et les thèmes qui méritent un regard nouveau ou renouvelé ?
  • Quel est le rapport entre les analyses historiques et contemporaines, entre les études sur le travail et l’histoire du travail ?
  • Que signifie l’engagement politique dans la recherche historique au 21e siècle ?
  • De quelles façons l’histoire des travailleurs et travailleuses est-elle transmise au sien de nos institutions d’enseignement, dans nos musées au grand public, et à travers la culture populaire ?
  • Quel est le lien entre l’histoire ouvrière et l’action syndicale ?
  • Quelles sont les nouvelles possibilités pour la diffusion et la sensibilisation au 21e siècle ?

Vous êtes invités à soumettre une proposition de communication ou de panel avec titre, un résumé de la présentation de moins de 300 mots, ainsi qu’une brève note biographique, le tout tenant sur une page pour une proposition individuelle, et sur trois pages pour les panels, au CCLH2018@GMAIL.COM avant le 28 février 2018.

***

Re-Working Class: Setting A New Agenda for Canadian Labour and Working-Class History

Sponsored by Labour/Le Travail, the Canadian Committee on Labour History and St. Thomas More College, University of Saskatchewan

October 12-13, 2018

St. Thomas More College, University of Saskatchewan

 

This two-day symposium aims to reassess the study and teaching of the history of the Canadian working class in order to chart a positive path for future study and activism. Re-Working Class will reflect on the past, present and future of working-class history and the working-class experience, assessing old debates and raising new ones, charting new directions for the field, and exploring how we might reinvigorate the study and teaching of labour.

Since the first issue of Labour/Le Travail in 1976, working-class history has evolved as a vibrant field of study, although the questions that animate the field have changed over time. Trends in historical study have veered away from examinations of class, labour mobilization and unions, yet we believe that analyzing work and class relations, in conjunction with other axes of power such as ‘race,’ gender, colonialism and sexuality, remains central to our understanding of history, as well as current debates about economic inequality, capitalism and the lives of working people.  Within and outside the university, there are some encouraging signs of revitalized debates within working-class history, political economy, public history, the labour movement and the left.

In this light, we welcome proposals for individual papers, panels, roundtables, debates and cultural presentations (discussions of film, performance, visual art), that address the study and teaching of labour and working-class history in educational and heritage institutions, worker education programs, and cultural initiatives. Papers that address the Canadian working class in a North American and global context are welcomed.

Some subsidies will be available for grad students and the precariously employed.

Possible topics include, but are not limited to:

  • What is the relationship between the histories of labour and settler colonialism?
  • How can we address the historical complexities of multiple forms of labour: paid, unpaid, coerced, indentured?
  • How might comparative, global, and transnational labour history research inform Canadian working class history and visa versa?
  • What theoretical perspectives have aided or inhibited our understanding of working-class histories?
  • Which time periods, groups of workers, and themes need new or renewed attention? 
  • What is the relationship between historical and contemporary analyses, labour studies and labour history?
  • What does politically-engaged history mean in the 21st century?
  • How is labour history communicated in educational institutions, and to the public in museums, public history and through popular culture? 
  • What is the relationship between labour history and labour movement praxis?
  • What new opportunities for dissemination and outreach does the 21st century afford?

PLEASE SEND PROPOSALS, INCLUDING THE TITLE OF THE PAPER OR PANEL, A SHORT ABSTRACT OF THE PRESENTATION (UP TO 300 WORDS), AND A SHORT BIOGRAPHICAL STATEMENT TO: CCLH2018@GMAIL.COM BY 28 FEBRUARY 2018